Film documentaire sur Zayen

De Lemsella en Kabylie à Baden-Baden en Allemagne, un documentaire réalisé par Zayen.

Résumé du film

Le film parle du voyage de Zayen de son village natale lemsella en Kabylie jusqu’à Baden –Baden en Allemagne Malgré l’intérêt de Zayen pour le charme des beaux châteaux et la vie de château qu’offre Baden –Baden, Pour Zayen quand a lui il est impossible d’oublier les anciennes maisons de pierre et de terre de son enfance. Quand on quitte son pays, qu’on s’en va loin de chez soi, on découvre peut-être les richesses du monde. L’ailleurs a, semble-t-il, toujours son attrait. On imagine même parfois pouvoir se délester de son ennui, de ses sempiternels soucis et agacements quotidiens. Mais malgré des expériences enrichissantes souvent à la hauteur du voyage entrepris Un meilleur là-bas que chez soi n’existe pas. Le retour sur soit même vers ses racines semble alors inéluctable.

Clip “Baden-Baden”

Clip Baden-Baden réalisé par Zayen en Allemagne

Contactez Zayen

 

Il se déploie dans des zayen Barcelonagammes souples et étale le monde dans ses contours, ses mouvements et son aspiration.

Anglais, Français et Kabyle se mélangent et dessinent la rencontre des cultures.
Comme dans un conte, il construit un récit musical aux couleurs diverses.
Il plane dans les aires et élabore dans l’imprévu, les moments forts qui font la vie.
Il évoque les rêves du cœur, la recherche de l’autre et de l’amour.

Zayen est un auteur prometteur, il ne cesse de ramener au monde des touches profondes et particulières.


Avec l’album Barcelona, Zayen frappe fort !

C’est du moins ce que l’on peut dire du nouvel album de Zayen, intitulé Barcelona.

En effet, l’étoile montante de la chanson moderne amazighe, après Imawlan-is, Ughaled et Baden Baden qui ont connu un franc succès, offre aux férus de la belle musique moderne d’autres délectations. L’album comporte treize chansons à écouter absolument, car elles sont toutes aussi attrayantes les unes que les autres, d’autant plus que les paroles sont porteuses de messages où la nostalgie de sa belle Kabylie côtoie les «boat people», ces jeunes harraga qui rêvent de l’eldorado, le désir ardent de voir les peuples s’unir autour de la paix, la liberté, l’amour et la fraternité (Sosta-Sosta).

Zayen chante également l’amour dans Ardjuyi (Attends-moi) et dénonce l’intégrisme religieux à travers Haw-Haw ! Ainsi et à propos de nostalgie, Lemsella, son village natal qu’il décrit avec amour, Anecc aneqqim, où le chanteur évoque les périodes hivernales, qui malgré leur dureté qui freine toutes les activités permettent un meilleur resserrement des liens familiaux autour des plats traditionnels propres à cette saison, et Tigzirine, la fontaine de son village, l’endroit où les enfants se retrouvent après chacune de leurs «sympathiques bêtises», comme celle de marauder dans les vergers avoisinants, en sont la parfaite illustration. Mieux encore, Zayen y exprime son attachement aux racines dont il est issu et qui ont fleuri son essence. Dans la chanson Nused (nous sommes venus), c’est le vœu de rapprochement entre les peuples qui est exprimé. Les langues, les cultures et la musique en sont le ciment. Dans cette chanson qu’il «partage» d’ailleurs avec la chanteuse bengalie Kumkum, Zayen a réussi avec brio l’assortiment tant du point de vue des paroles qu’au niveau musical.

La chanson sentimentale a également sa place dans le riche répertoire du chanteur kabyle. Ardjuyi (Attends-moi !) et Ay imawlan-is, qu’il interprète excellemment en duo avec Kumkum, illustrent parfaitement le sujet. Sur le plan des compositions musicales, Zayen est sorti de l’ordinaire en adjoignant aux traditionnels instruments d’autres pas très usités en Algérie. En plus de la cornemuse, Zayen a introduit le «dotara», instrument d’origine perse, la bombarde, un instrument à vent employé dans la musique bretonne, le tablâ qui est un instrument de musique indien et l’accordina, un instrument mi-accordéon, mi-harmonica.

Ce nouvel enregistrement ne manquera certainement pas de susciter l’engouement du public, à commencer par celui de Tizi Ouzou, qui a eu lieu samedi dernier.

Source: El Watan – 24/07/2011

“Il faut construire des passerelles entre les cultures”

 

Lundi, 06 Août 2012 : Zayen, artiste, au journal “Liberté”

Par : Mohamed Mouloudj

Article sur le site du Journal : http://www.liberte-algerie.com/culture/il-faut-construire-des-passerelles-entre-les-cultures-zayen-artiste-a-liberte-183188

Ce jeune artiste prometteur revient dans ce bref entretien sur ses projets dans le domaine de la chanson. Pour ce féru “de mélange” des cultures, il est impératif de construire des passerelles entre les peuples. Il animera un spectacle, le 15 août, à la maison de la culture de Tizi Ouzou.

Liberté : Vous vivez en France et vous faites souvent le déplacement pour donner des concerts ici en Algérie, notamment en Kabylie, quel est ce lien qui vous lie autant à votre public ?

Zayen : Oui, effectivement je viens souvent, car le public me soutient et m’encourage énormément, et me donne beaucoup d’énergie. C’est un public fidèle et enthousiaste qui me donne envie de me rapprocher encore de lui. J’ai envie de venir avec mon équipe avec qui j’ai l’habitude de travailler en France et en Europe pour faire découvrir à mon public des choses rares et surtout lui offrir un spectacle original, mais pour le moment aucune réponse de la part des organisateurs.

Vous êtes programmé dans plusieurs localités, peut-on en avoir les détails ?

Le 6 juillet j’ai chanté à Tigzirt pour la première fois, dans le cadre du festival de danse folklorique, où j’ai rencontré la troupe de danse mauritanienne, que j’ai invitée sur scène pour danser sur ma chanson “Baden-Baden”, et par la suite ils m’ont invité pour faire un passage au stade Oukil-Ramdane de Tizi Ouzou le 9 juillet. C’était génial ! J’aime bien faire des mélanges, car je pense qu’il faut créer des liens et construire des passerelles entre les cultures. Le 3 août, j’ai donné un spectacle à Bouira, et le 15 août, je serai à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, et beaucoup d’autres dates sont à venir.

Avez-vous des projets pour cette année ?

Je viens de terminer le clip de la chanson “Lemsella” que je dédie à mon village et à tous les villages kabyles. Il va être diffusé sur des chaînes de télévision, sur internet et les réseaux sociaux. Un nouvel album et un film documentaire de 52 minutes sur mon parcours est en préparation. Je prépare aussi une action avec mon association, Artistes couleurs diversité (ACD), à Aubervilliers du 7 au 17 décembre 2012 réunissant des participants issus de 6 pays Euromed (France, Allemagne, Turquie, Maroc, Algérie, Tunisie). Le projet s’intitule “l’Art au service de la lutte contre les discriminations et de l’exclusion”.

 

 

 

 

Zayen auteur compositeur interprète

Aside

Zayen est né à Lemsella. Bercé par les chants anciens de Kabylie, il se lance très jeune dans la composition musicale. Après les galas dans les lycées de Tizi-Ouzou et d’Azazga (grande Kabylie), il enregistre son premier album “Imawlanis”(ses parents) qui fut un franc succès, ce qui l’amène à élargir son public. Après plusieurs passages à la télévision algérienne, il sera invité dans différents festivals en Algérie.

La diversité de ses rythmes et la profondeur de sa voix dans son deuxième album “uyaled” (reviens), séduiront la jeunesse de l’hexagone. Il fera de nombreux concerts à Paris : au Zénith de Paris, à l’occasion du 20eme anniversaire du printemps berbère en 2000 et le Palais des Sports et le Palais des congrès de Paris. Il chantera également à Saint-Étienne, à Lyon, à Lille, à Roubaix, à la fête de l’humanité, au festival des musiques du monde à Stains et au festival d’ici et d’ailleurs à Strasbourg, à Marseille, à Beauvais.

Zayen en Concert - FranceAu niveau international, Zayen a représenté la France à Tanger au Maroc dans le cadre d’un spectacle intitulé « Tous égaux pour la paix » ainsi qu’en Turquie, en Allemagne, en Ukraine ou en Belgique.

Le contact avec le public de France lui a permis d’évaluer et de perfectionner sa composition dans son troisième album, Baden-Baden, Dans cette nouvelle création, Zayen survole les rythmes universels avec sa propre originalité.

En 2008, il crée son association Les Artistes des couleurs et de la diversité, un réseau professionnel et de solidarité qui fédère déjà 400 artistes. En juillet 2008, il organise une journée festive sur la place de la Mairie d’Aubervilliers où se croisent chansons africaine, française, indienne et brésilienne. Le pli est pris.

En décembre suivant, il Lance la première édition de son festival La scène ensemble, où il monte des ateliers autour d’instruments du Bangladesh et de Madagascar.

2009 : En plus du fait d’être  chanteur, Zayen s’est mis au 7e art. En effet, il a réalisé un film documentaire qui parle  de son voyage de son village natal  Lemsella en Kabylie  jusqu’à Baden-Baden en Allemagne.

Festival de la scène ensemble à Aubervilliers (14 décembre)

Spectacle pour la Paix à Paris  sur le parvis des droits de l’homme (1er octobre)

2010 : Spectacle au Maroc,  festival Anmugar Al-Hoceima,  (du 17 au 20 juillet).

Spectacle au Zénith de Paris en Hommage à Matoub lounes (28 juin)

Festival du film Amazigh à Tizi-Ouzou Algérie (17 mars).

Festival de Tigejda à Bouira Algérie (1er avril)

2011 : il enregistre son quatrième album Sosta-Sosta  qui est un message de paix et de non-violence

Spectacle au Palais des congrès de Paris organisé par la télévision Berbère (28 juin).

Festival de danse folklorique à Tigzirt Algérie (6 juillet)

2012 : Tournée en Algérie  dans les grandes villes de l’Est  d’Algérie (Sétif, Annaba, Constantine, Skikda, Batna (du 16 au 19 septembre)

Spectacles en Belgique   soirées interculturelles organisées dans le cadre de la manifestation «Les générations se rencontrent » du 25 novembre au 01 décembre à Montignies-Sur-Roc.

Concert live à la Fnac Aubervilliers (11 février)

2013 : festival en Palestine, participation au  Festival international de Beit Jala pour la Paix en Palestine (31 Aout).  Cette initiative de la mairie d’Aubervilliers en France, deux autres municipalités allemandes et une autre anglaise, est une manière “d’apporter un moment de plaisir et surtout de paix aux habitants de cette région”.

Festival de la chanson Amazigh à Bejaïa Algérie  (17juillet)

Spectacle à la Maison de la culture de Tizi-ouzou Algérie (15 Aout)

Spectacle en  France à Aubervilliers  dans le cadre  dans le cadre des échanges interculturels

« Les jeunes artistes, acteurs leviers de la citoyenneté européenne» (30 septembre 2013)

En tournée en Ukraine dans le cadre des  soirées interculturelles Organisées par Human World   (les 12, 15 et 20 octobre à Lviv).

Spectacle  au Maroc,   festival des cultures originales à Bouanane au Maroc (08 novembre) Spectacle en France  à Bobigny  (30 novembre)